Par Martin Hoegger*

Nombreux ont été les témoins du Christ durant la Conférence sur la mission et l’évangélisation tenue à Arusha, Tanzanie, du 8 au 13 mars dernier. En voici une sélection venant de sept continents. En marche pour un rapide tour du monde sur le thème de l’évangélisation en écoutant  des voix d’Amérique Latine, des Etats Unis, de Chine, de Grèce, du Congo, des îles Fidji et du Groenland !

Amérique latine

Pour le Métropolite Josif Bosch, de l’Église orthodoxe en Amérique latine, le ministère de guérison est central : « Si je guéris l’autre, je me guéris moi-même. Quand je vais vers l’autre, je vais vers moi même. C’est le mystère de l’autre dont parle S. Jean Chrysostome. Le Christ m’attend en lui ».

Le scepticisme vient du fait que nous ne faisons pas ce que nous disons. En Amérique latine, l’Eglise doit guérir des blessures d’une évangélisation qui l’a faite souffrir.

Etats Unis

Jin S. Kim est pasteur d’une Eglise non-dénominationelle et multi-culturelle aux USA. « Nous allons contre le péché originel des Etats Unis : le racisme ! La génération actuelle est dysfonctionnelle mais aussi idéaliste. Le ministère de guérison de Jésus est central pour nous. Comment se guérir de l’égoïsme, de la compétition, du militarisme et du capitalisme qui sont devenus la religion des USA ? » Contre celle-ci, Jésus a inauguré une contre-culture marquée par l’entraide, la simplicité et la communion.

Chine

Pour la théologienne chinoise Lin Man-Hong, les non chrétiens sont non seulement l’objet de l’évangélisation mais aussi des forces actives pour construire un monde meilleur. Jésus a dit « qui n’est pas contre nous est avec nous ». Il est donc présent d’une certaine manière avec eux. Ainsi nous pouvons collaborer avec eux.

Et dans cette collaboration nous avons à annoncer une Bonne nouvelle. Comment présenter l’Evangile sans terroriser ceux qui nous écoutent, se demande Lin ?

Europe

Dimitra Koukoura, théologienne grecque orthodoxe dit : « Nous avons un trésor à transmettre, tel est notre défi ; nous commettons un péché si nous ne le communiquons pas. Le message est toujours le même, mais nous avons à le partager par des moyens nouveaux. Notre trésor n’est pas seulement le message de l’Evangile, mais aussi l’expérience de l’Esprit saint qui nous transforme ».

L’Europe vit une sérieuse crise morale et les semences de l’athéisme continuent à grandir. Il est difficile de restaurer la foi. Le défi est de témoigner de l’Evangile avec la confiance que Jésus ressuscité est toujours avec nous.

Afrique

Isis Kangudie Mana vit à l’est d’un Congo submergé par la violence. A cause de la répression politique l’Eglise doit se taire. Dans ce contexte il est très difficile de croire et d’espérer. « Si Jésus dort dans la barque, il sait à quel moment il interviendra pour mon pays. Nous ne devons pas être une génération découragée, mais forte. Dans cette douleur, il y a une occasion de se relever ».

Son Eglise a ainsi mis en place des centres d’éducation non formelle pour rejoindre les enfants de la rue. « Nous sommes paralysés, mais ensemble nous nous encourageons à rester debout. Même s’il y a la tempête je peux toujours rester debout ». Contre le tribalisme, omniprésent, elle apprend aussi aux gens à vivre ensemble, en s’identifiant avant tout comme enfants de Dieu.

Pacifique

Aldi Marianne Waqa est une jeune théologienne catholique des îles Fidji. Son intervention a provoqué une des rares « standing ovation » de la Conférence. Invitée à s’exprimer dans le cadre de la matinée consacrée à la « Mission à partir des marges », elle affirme que Jésus lui-même a travaillé depuis les marges. Il est né dans les marges et y est mort. Il était un jeune vivant dans les marges lorsqu’il a proclamé son manifeste d’annonce de l’Evangile aux pauvres (Luc 4,16-19). Il nous attend donc dans les plus démunis.

Dans son contexte, le défi le plus grand est le changement climatique : « Est-ce que mon île sera submergée par les eaux qui montent ? Prendre soin de ce que Dieu nous a donné fait partie de la mission que Dieu nous a confiée. »

Groenland

La première personne que j’ai rencontrée au matin du premier jour de la Conférence était Sofie Petersen, évêque luthérienne du Groenland. En quittant son pays (un quasi-continent où ne vivent que 50’000 personnes !) elle a vécu une amplitude thermique de 55 degrés (de moins 25 degrés à plus 30 !).

« Le plus grand problème de mon pays est celui de l’identité : qui suis-je ? Mon passeport est danois, mais je suis inuit. Cependant la communion avec le Christ est le centre de notre mission. En lui nous découvrons notre vraie identité ». Elle s’engage en particulier contre les abus dont sont victimes les enfants : « comme Jésus nous avons à les prendre dans les bras. Nous sommes tous égaux, tous des enfants de Dieu ».

 

* Pasteur de l’Eglise réformée du Canton de Vaud, Martin Hoegger est co-président de l’assemblée du R3. Il exerce son ministère dans la communauté de Saint Loup et collabore au projet « Jésus Célébration 2033 ». Il voue aussi une partie de son temps à l’accompagnement spirituel d’artistes.

 

Autres articles sur la conférence d’Arusha :

Quelle compréhension de la mission, 70 ans après la création du Conseil œcuménique des Eglises ?

Pas de mission sans disciples transformés, dans la force de l’Esprit !

La formation à la mission dans l’éducation théologique.

Embrasser la Croix pour se transformer

 

Témoins du Christ sur sept continents

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*