Dialogue avec l’Association théologique évangélique des pasteurs de Berne.

Par Martin Hoegger – www.hoegger.org

Au mois de mars 2020, l’Association théologique évangélique des pasteurs de Berne ( Evangelisch-theologischer Pfarrverein ) m’a demandé de répondre à quelques questions au sujet du Manifeste bleu.  Cette association existe depuis plus de 150 ans, alors que le Rassemblement pour un renouveau réformé (R3) n’existe que depuis 5 ans ! Ses membres sont, en quelque sorte, pour nous des pères et des mères dans notre Église réformée que nous aimons et où nous voulons servir le Christ.

Cet article en allemand

Voici les quelques questions auxquelles j’ai essayé de répondre, ainsi que les diverses parties de cet article:

  1. Le pluralisme est-il la plus haute instance dans l’Église réformée ?

Le protestantisme a plusieurs couleurs

Confesser la foi

Nous sommes « confessants »

Confesser la foi dans un esprit de catholicité

« Lex orandi, lex credendi ».

La foi : connaissance et confiance

2. Qui est derrière le Manifeste bleu ?

Une communauté qui discerne

Le Manifeste bleu, un exercice de discernement

Jésus, modèle de discernement 

Le discernement, fruit du Saint Esprit 

Résister au climat d’affrontement. 

Nécessité d’une théologie du synode

En chemin avec le Christ : la référence à Emmaüs

Les traits d’une Église synodale

Un synode qui prend en compte le Sensus fidei

L’importance des relations

3. Quel lien entre unité et vérité ?

Une anthropologie théologique

Adiaphora ou Status confessionis ?

4. Que dit Romains 1 sur l’homosexualité ?

Relativisme ?

Comment comprendre Romains 1 ?

Une théologie de la création

Soleil d’un monde nouveau

Envoi : acquérir la « compétence d’Emmaüs »

Pluralisme – Confession de foi – Discernement – Synode – Unité – Vérité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*