Pour ce « dimanche de la Réformation » – le 500e – je voudrais faire un lien entre la Réforme et cette femme courbée dont parle l’Evangile. (Luc 13,10-17 ) Et dire d’abord que le besoin de réforme est constitutif de la vie de l’Eglise, au même titre que son unité, sa sainteté, sa catholicité et son apostolicité !

Toujours l’Eglise a besoin d’être redressée, tournée vers le Haut, « re-formée ». «Réformé » est un adjectif qui ne qualifie pas seulement une Eglise particulière mais l’Eglise dans son pèlerinage terrestre.

Dans le récit de l’Evangile, Jésus voit cette femme « toute courbée et absolument incapable de se redresser ».
Jésus la voit, l’interpelle et lui dit : « Femme, te voici délivrée de ton infirmité ! »
Puis il lui impose les mains et à l’instant même elle redevint droite et rendait gloire à Dieu.
C’est ainsi que Jésus veut l’Eglise, son épouse. Parce que le Christ l’aime il veut son Eglise debout, face à face, dans une relation d’alliance, dans un vrai dialogue.
Cette icône me le rappelle. Une amie iconographe me l’avait donnée alors que j’avais vécu un moment très difficile de ma vie et que le Seigneur m’avait relevé !

Lire la suite sur le site de Martin Hoegger

La femme courbée : de l’Eglise déformée à l’Eglise réformée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*