Rapport du commité pour ces 6 derniers mois : depuis la création de l’association (le 6 novembre 2015) jusqu’à l’assemblée de ce 14 avril 2016.

Première assemblée du R3

En guise de prologue, permettez-moi de répondre à ma façon à une question cruciale :

Pourquoi le R3 ?

Parce que beaucoup de personnes ont mal au cœur en voyant l’évolution de l’Eglise réformée (certaines décisions synodales, la diminution du nombre de pratiquants, les tensions internes). Ils sont parfois dépités, isolés, démotivés. Pour eux, il valait la peine de créer le R3 : pour les rassembler et les encourager.

Parce que beaucoup de personnes ont soif d’une Eglise plus vivante, plus communautaire, plus spirituelle. Ils sont fatigués des restructurations et des objectifs. Ils ont soif de vie. Pour eux, il valait la peine de créer le R3 : pour chercher ensemble le renouveau de l’Eglise réformée. Quand une seule personne rêve, cela reste un rêve. Quand plusieurs personnes rêvent et prient pour que ce rêve se réalise, c’est le début d’une nouvelle réalité.

Parce que, dans l’Eglise réformée, il y a beaucoup de personnes qui ont une parole forte et belle, qui vivent des expériences et des réalisations bienfaisantes. Pour fédérer ces forces vives, il valait la peine de créer le R3 : pour mettre en réseau ces richesses, au-delà des frontières paroissiales, cantonales et même nationales.

Dans cette optique, nous nous inspirons des expériences des réformés hollandais (Hans Eschbach et l’Evangelisch Werkverband) et des fresh expressions de l’Eglise anglicane. Nous cultivons des relations de confiance avec le Landeskirchen Forum (LKV) en Suisse alémanique et le mouvement des Attestants en France.

Dans ces premiers mois d’existence, le comité s’est principalement occupé de préparer la venue du R3 au grand jour. Nous avons sollicité du renfort : les deux co-présidents de l’association (Martin Hoegger et Shafique Keshavjee) ont bien voulu assister à nos séances de comité et mettre la main à la pâte.

Voici les tâches qui ont retenu notre attention :

  1. Informer nos amis de l’existence du R3 et les inviter à l’AG du 14 avril. Votre présence ce soir en est le fruit !
  2. Faire des démarches pour rencontrer les responsables des Eglises réformées, catholiques et évangéliques. Nous avons déjà pu rencontrer le président de la FEPS (Gottfied Locher) et le vicaire épiscopal du canton de Vaud (Christophe Godel) et nous rencontrerons prochainement la CER, La Free, le Réseau Evangélique et Mgr Morerod, évêque du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg.
  3. Préparer un plan de communication et un dossier de presse. Ce travail a permis des contacts fructueux avec Protestinfo, 24Heures, MaxTV, lafree.ch et le Christianisme Aujourd’hui.
  4. Mettre au point et imprimer le Manifeste bleu. Le voici à votre disposition !
  5. Mettre en route un site internet : www.leR3.ch. Tout beau, tout bleu ! Encore en construction.
  6. Trouver un lieu et une équipe de préparation pour notre fête du 1er octobre, qui aura lieu à Vassin.
  7. Sur le plan financier, nous avons ouvert un compte CCP et préparé le budget 2016.

Dans cette phase de lancement, nous faisons l’apprentissage du consensus entre nous déjà… et ce n’est pas toujours simple ! Nous cherchons également à rester à l’écoute de la volonté de Dieu, pour que le R3 incarne ce que nous avons exprimé dans le Manifeste bleu. Pour la gloire de Dieu, centrés sur le Christ, dans le souffle de l’Esprit.

St-Loup, le 14 janvier 2016

Pour le comité du R3
Gérard Pella

Rapport du comité: pourquoi le R3?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*